290 HEURES

Récemment, j’ai jasé avec quelques personnes que je n’avais pas vues depuis longtemps, et quelques-unes d’entre elles m’ont tenu à peu près ce discours : « Je lis ton blogue. T’as l’air d’aimer ça ce que tu fais, même si c’est pas très clair en quoi ça consiste. Mais on dirait que tu fais vraiment beaucoup de musique en tout cas! Je savais pas que tu en faisais autant! » Réglons d’abord la question de la musique : si vous ne saviez pas que j’en faisais autant, c’est parce que 1) je n’en faisais pas autant; et 2) je n’en parlais pas autant. C’est un peu circonstanciel (en partie lié au fait que j’ai des enfants qui sont maintenant en âge de faire de la musique, et ça a comme rallumé la flamme) et je trouve que c’est assez riche comme sujet; mais sachez que je passe quand même le plus clair de mon temps à étudier, malgré les apparences!

À preuve, après trois mois de congé, j’approche de la barre des 300 heures de formation. Je n’ai pas encore fait le tour de CodeCademy et DataCamp, et j’avoue que je pensais que ça me prendrait moins de temps que ça… mais j’ai aussi fait beaucoup de statistique en chemin, alors ce n’est pas bien grave.

Vous voyez bien que je ne suis pas là pour niaiser!

Quant à savoir à quoi ça sert exactement, ce que j’apprends, je vous donnerai des exemples plus concrets bientôt, promis.

0

J’ai quasiment failli obtenir un emploi passionnant bien avant la fin de mon congé, mais finalement, j’en suis toujours à 0 offre d’emploi. Car malheureusement, obtenir un emploi ou pas, c’est ce qu’on appelle une variable booléenne, True / False, 0 ou 1, alors passer très très proche, ça ne compte pas. Mais quand même, comme j’aime généralement voir le verre à moitié plein, je trouve du positif dans tout ça:

  • Cet affichage m’a suffisamment tapé dans l’œil pour que je soumette ma candidature même si je prévoyais commencer à semer des CV à tout vent seulement dans quelques mois. La perspective de commencer à mettre en pratique mes apprentissages me motive.
  • Mon CV (complètement réécrit pour l’occasion) n’est pas allé directement à la poubelle. C’est déjà encourageant!
  • Je ne me suis pas trouvée très convaincante lorsque j’ai dû présenter les conclusions que j’avais tirées d’un dataset, en guise de test, mais j’ai quand même relativement bien paru, et je n’avais pas l’air de m’être trompée de ligue. C’était la première fois que je me soumettais à ce genre d’exercice, et je ne doute pas que je serai meilleure la prochaine fois, surtout si je passe encore quelques mois à étudier d’ici là.
  • Par la suite, je me suis bien tirée d’affaire lorsqu’on m’a convoquée pour une entrevue individuelle. J’ai senti un intérêt sincère pour mon parcours, et même une certaine admiration liée au fait d’avoir réussi à apprendre tant de choses en si peu de temps… Mais au final, on m’a quand même trouvée un tout petit peu trop « verte », et je ne peux pas prétendre le contraire : moi non plus, je ne suis pas sûre que j’engagerais quelqu’un sur la base de quelques mois d’autoformation…

Malgré les encouragements reçus, je suis quand même déçue d’être passée si proche, mais que ça n’ait pas fonctionné. Pour les fans de tennis, je me sens comme Roger Federer à Wimbledon cette année. Si près, mais siiiiiii loin. Ça valait quand même la peine d’essayer!

Je remercie au passage mon beau-frère, qui a porté cet affichage à mon attention le jour de ma fête (mais qui avait oublié ma fête…). Ça aurait pu être le plus beau cadeau de fête de ma vie! Sauf que j’en ai pris connaissance juste avant d’aller au spa pour ma journée de congé et que je n’ai aucunement réussi à relaxer parce que j’ai juste pensé à ça tout le long! Dans toute chose ou presque, c’est l’intention qui compte! 😉 Merci!

600 heures

C’est le nombre d’heures de sommeil (pour l’ensemble de la famille) que nous avons gagnées pour l’année scolaire, grâce à un revirement aussi réjouissant qu’inattendu : depuis hier, ma plus jeune fréquente la même école que ma plus grande! À quelques jours de la rentrée, alors que je végétais devant mon ordinateur dans l’attente d’une autre nouvelle (qui n’est pas venue, pas ce jour-là en tout cas), le directeur d’école nous a téléphoné (sur notre ligne fixe à laquelle je ne réponds pratiquement jamais d’ailleurs) pour nous annoncer qu’une place s’était libérée et qu’elle était pour notre fille, si nous la voulions. En tant que mère soucieuse du bien-être de son enfant, je lui ai dit que j’allais tout de même en parler à la principale intéressée pour savoir si c’était bien ce qu’elle voulait… À quoi ai-je pensé?!? C’est clair qu’en dernier recours, je l’y aurais envoyée de force! Mais finalement, elle était ravie.

Je ne m’étais pas sentie aussi incroyablement chanceuse depuis la fois où on s’était fait offrir une place dans le meilleur CPE de tout l’univers à quelques rues de chez nous. Sauf que cette fois-ci, ça n’a rien à voir avec la qualité de l’école (les deux sont géniales) et tout à voir avec son horaire idéal (9 h à 16 h) et sa proximité parfaite. Fini, les matins où je me lève à 6 h 30 pour arriver au bureau trois heures et quart plus tard, déjà crevée, après m’être battue avec des enfants aussi frus que moi de s’être levées si tôt!

Dorénavant, nous nous lèverons presque à 8 heures, nous déjeunerons dans la joie et la quiétude (bon, cette partie-là, c’est pas garanti), et je pourrai possiblement arriver au bureau vers 9 h, 9 h 15. Voyez-vous le méga gain d’efficacité? En plus, mon aînée, qui d’ordinaire était fort anxieuse à l’idée de marcher seule jusqu’à l’école, est soudainement tellement en confiance qu’elle n’a plus du tout besoin de moi (c’est à se demander laquelle des deux ira vraiment reconduire l’autre!)… Elles quitteront la maison en même temps que moi (quand j’aurai une job) et reviendront en même temps que leur père. C’est juste parfait!

Et si vous me côtoyez au quotidien, vous savez que s’il fallait isoler une seule variable pour prédire ma joie de vivre et/ou ma santé mentale, ce serait probablement mon sommeil, et que cela fait partie des raisons pour lesquelles j’ai trouvé l’année 2018-2019 plutôt pénible. Mais je sens que l’année qui vient sera formidable!

Une réflexion sur “Des chiffres et des lettres – Un genre de bulletin de mi-parcours

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s