Avant que quelqu’un me refile discrètement les coordonnées du groupe AA de mon quartier, je tiens à vous rassurer : je ne souffre pas d’alcoolisme (mais je pourrais bien avoir un problème de priorités, par contre). Je consomme souvent de délicieux nectars, mais somme toute en quantités assez modestes : je dirais même rarement assez pour atteindre un état d’ivresse.

J’ai sans doute un problème de consommation… de chocolat, ou de chips, ou toutes ces réponses. En vérité, l’alcool n’est qu’une des nombreuses choses qui activent le circuit de récompense de mon cerveau. Un circuit par ailleurs très actif : un rien le ravit ! Il se laisse très facilement berner par les gratifications immédiates, et tous les prétextes sont bons pour entretenir un cycle éternel d’efforts- récompenses.

Pour mes comportements compulsifs, j’ai l’embarras du choix (et il y a même là-dedans des choses qui sont socialement acceptables, voire recommandables)  : alcool, sucré, gras, salé, réseaux sociaux, sport, musique, écriture, magasinage virtuel, cours en ligne, défis de programmation, et la liste n’est pas finie ! Même le café : pendant des années, je n’en buvais pas parce que je trouvais ça trop amer et que ça ne me faisait pas l’effet escompté. Et finalement, la trentaine bien avancée, j’ai décidé de mettre plein de sucre dans un tout petit peu de café et d’en boire chaque jour… Bel âge pour adopter une nouvelle mauvaise habitude ! C’est comme le contraire d’une résolution du Nouvel An. Rendue là, je pourrais juste m’injecter du sucre directement dans les veines… Heureusement que je n’ai jamais essayé de fumer !

Mais toute cette variété est très pratique : quand je trouve que je commence à abuser de quelque chose, je change le mal de place. Je mange trop de chips? J’arrête, et je remplace par du sucré! Trop de temps à l’ordinateur? Je commence à regarder la télé ou développe une passion pour autre chose! Bref, je ne dépends de rien, mais des fois, je me dis que ça serait pas pire si les légumes stimulaient mon circuit de récompense ! Car sous leur apparence inoffensive et socialement acceptable, mes petits vices sont quand même un peu problématiques dans le présent, et pourraient entraîner des problèmes de santé dans le futur… Je vous en reparle demain !

Une réflexion sur “Avent 3 – Le grand chelem de la récompense

  1. Bonjour Véronique !
    Toujours aussi plaisant de te lire… j’adore tes courtes chroniques! Je suis à même de constater que j’ai tout plein de dépendances également 🙂
    Bonne journée et du bon temps.

    Caroline… Havre-Saint-Pierre

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s